A l’invitation de Joel Ajavon, le tout nouvel administrateur des lieux, des auteurs faisant partie de l’association dénommée Escale des Ecritures, ont tenu leur réunion mensuelle dans les locaux de la Maison des Artistes le samedi 25 octobre dernier, une occasion pour eux de découvrir cette nouvelle résidence qui leur est en partie dédiée puisqu’ils pourraient revenir régulièrement pour y tenir les traditionnelles rencontres-débats que cette association a l’habitude d’organiser dans divers lieux  culturels de Lomé sur une thématique liée à la culture et aux arts. Cette fois-ci, ils savent qu’ils pourraient le faire tout en trempant les pieds dans l’océan. Qui disait déjà que les artistes n’avaient pas les pieds sur terre ?

Profitons de ce passage pour mieux faire connaissance avec l’association…

C’est sans doute le constat de l’évolution de la création dramatique sous les tropiques qui avait poussé le FESTHEF (festival de théâtre de la fraternité, Togo) et l’association ECRITURES VAGABONDES à initier en 2001 un chantier d’écriture pour huit jeunes auteurs africains. Ils étaient venus du Bénin, du Niger et du Togo pour un atelier d’écriture : Hermas Gbaguidi, Idi Nouhou, Gustave Akakpo, Jean Kantchébé, Léonard Yakanou, Rodrigue Norman, Claude Amégan et Sali Tébonou.

Deux formidables animateurs, Madame Monique Blin et Eric Durnez, auteur dramatique belge (paix à son âme), deux semaines de travail intensif avec les auteurs, des résultats positifs, et une forte envie de continuer ensemble l’expérience incitent les auteurs réunis par ce chantier à la création d’un réseau d’auteurs.

Objectifs: la visibilité des écrivains et la promotion dans la durée de l’écriture dramatique contemporaine au Togo, en Afrique et ailleurs. L’association Escale des Ecritures était née.

Un premier bureau de l’association (avec Sali Tébonou à sa tête) a fait ses preuves, suivi par d’autres bureaux  présidés en 2003 par Gustave Akakpo, en 2006 par Robert Silivi. Aujourd’hui une nouvelle équipe de coordination présidée par Jean Kantchébé continue l’aventure.

Les actions se font, des pas se posent, des chemins se tracent et des réalisations se dressent : Escale investit des lieux et y fait entendre des textes inédits : établissements scolaires, bibliothèques de Lomé et de l’intérieur du pays, centres culturels de Lomé (CCF, Festhef, Centre Adokpo, Galerie MARINA, Club 54).

Les textes des auteurs d’Escale sont reçus en création ou en lecture dans les rencontres culturelles : Racines et FITHEB au Bénin ; Festhef, Rethes, Festha au Togo ; Récréatrales au Burkina Faso ; également en Côte d’Ivoire, à Tunis, en France (CDN Angers, Théâtre du RondPoint, Le Tarmac), à Bruxelles, au Québec (Festival du Jamais Lu), etc.

On retiendra surtout que plusieurs chantiers d’écritures ont été organisés au Togo même :

2002 : Ecritures vagabondes (France), le FESTHEF, La Comédie de Saint-Etienne (France), Les éditions Lansman (Belgique) encadrent huit auteurs du Niger, du Bénin, de Côte d’Ivoire, du Togo avec le soutien de Culturesfrance.

2003 : Huit auteurs du Bénin, de Côte d’Ivoire, du Niger et du Togo sont venus écrire des textes de théâtre qui ont eu une vie par la suite 

2004 : Escale des Ecritures accueille neuf auteurs du Mali, du Bénin, du Togo.

2005 : Avec l’appui financier d’Ecritures vagabondes et de La Comédie de Saint-Etienne, six auteurs et six comédiens du Liban, du Bénin, de Guinée, du Togo étaient présents à un nouveau chantier d’écriture et de mise en scène.

2008 : La Comédie de Saint-Etienne soutient le 6ème chantier d’écriture à Lomé avec neuf jeunes auteurs et cinq comédiens venus du Burkina Faso, du Bénin, du Mali, de la RDC et du Togo.

2009 : Neuf jeunes auteurs venus du Burkina Faso, du Bénin, du Mali, de la Guinée et du Togo bénéficient du soutient de La Comédie de Saint-Etienne pour écrire une pièce et un scénario qui deviendra un court-métrage expérimental (Prise d’otage) interprété par des comédiens togolais.

2011 : Atelier d’écriture théâtral  à Lomé: trois auteurs, formateur : Joël Amah AJAVON, auteur togolais

2012 : Atelier d’écriture de récit à Lomé (Bibliothèque de la DRAC-Golfe) : Onze auteurs, formateur, Théo Ananissoh, écrivain togolais venu d’Allemagne

2013 : Atelier d’écriture dramatique à Lomé(Centre Culturel Hakuna Matata) : Dix auteurs, formateur, Rodrigue Norman, écrivain togolais venu de Belgique

Des auteurs sortis de ces chantiers ont bénéficié de bourses Beaumarchais/SACD et du soutien du SCAC (service culturel de la coopération française) pour participer à des résidences d’écriture au Mali (La Ruche Sony Labou Tansi, animée par Claude Yersin, alors directeur du Nouveau Théâtre d’Angers et par Ecritures vagabondes (Monique Blin), ainsi qu’au Maroc, au Liban, en Syrie et en Roumanie.

Aujourd’hui l’association Escale des Ecritures s’investit davantage, elle élargit son champ d’expérience avec des partenaires attentifs et des acteurs ayant la même vision et les mêmes rêves : la promotion de l’écriture dramatique et du théâtre contemporain africain au Togo et sur tout le continent.

Nous avons initié et mis sur pied Echanges Culture Paroles, une rencontre mensuelle  de réflexion sur les questions du développement du théâtre dans notre pays et en Afrique ; Plumes Fraîches, rencontre bimensuelle d’analyse de textes en friche ; Café Lecture, incursion littéraire dans les espaces culturels de Lomé et d’ailleurs ; Le Courrier d’Escale, un bimestriel en ligne et sur presse.

Et cette dernière brèche : une Collection Escale avec les Editions Awoudy, pour publier les textes et les faire exister pardelà l’espace et le temps.

La publication de Balade théâtrale, un recueil de six pièces de théâtre écrites par six auteurs (cinq Togolais et un Français) a eu lieu en août 2013.

Le recueil de pièces publié par des membres d'Escale aux éditions Awoudy
Le recueil de pièces publié par des membres d’Escale aux éditions Awoudy

Ainsi l’aventure continue.

Publicités